Le gaz représente-t-il une énergie d’avenir pour le Québec ?

 In Non classifié(e)

Alors que l’environnement occupe une place de plus en plus importante dans la tête des gens et sur la place publique, il devient essentiel de mettre en œuvre des mesures efficaces afin de réduire notre empreinte écologique.

Au Québec, on constate l’intérêt marqué de la population envers les gaz combustibles. Mais malgré ce gain de popularité, une question demeure : le gaz a-t-il sa place parmi les énergies d’avenir ?

Dans les lignes suivantes, nous allons tenter d’élucider la question.

Le gaz naturel : une ressource renouvelable ?

Penchons-nous d’abord sur la façon dont est fabriqué le gaz.

Prenons le biogaz, par exemple. Ce gaz combustible est issu de la fermentation de déchets organiques. D’ordre général, ces déchets proviennent tout simplement de source animale ou végétale. Pour le produire, des microorganismes entrent en jeu et se chargent de biodégrader la matière. Rien de plus naturel.

Et comme le Québec compte déjà plusieurs sites de production, le biogaz est une solution de rechange intéressante au pétrole, qui la plupart du temps, doit être importé.

Le gaz à la rescousse de la Terre… et de la population

Le gaz semble aussi paver la voie de l’avenir d’une autre façon.

Au Québec, l’industrie du transport routier produit environ 43 % des émissions de gaz à effet de serre. Dans un contexte où la protection de l’environnement est un enjeu de premier ordre, il devient crucial de trouver des solutions pour diminuer l’empreinte écologique des véhicules légers, moyens et lourds qui circulent sur nos routes.

Afin de remédier à cette problématique, il faut considérer d’autres carburants pour remplacer les essences traditionnelles. À cet effet, le gaz naturel comprimé semble être une excellente alternative.

En effet, les moteurs alimentés en GNC émettent en moyenne 25 % moins de gaz à effet de serre que ceux qui fonctionnent au diésel. L’utilisation de ce combustible permet donc de diminuer la quantité de particules fines rejetées dans l’air environnant si nuisibles à la santé de la population.

De plus, contrairement aux moteurs diésel, les véhicules qui roulent au gaz naturel sont également très peu polluants. Ainsi, les moteurs au GNC produisent moins d’oxyde d’azote, d’oxyde de soufre et de monoxyde de carbone.

Ce combustible offre donc de belles perspectives d’avenir.

Pour une économie plus vibrante et plus verte

Le GNC ne semble pas uniquement profiter à l’environnement. Il profite aussi aux consommateurs, qui le paient environ 30 % moins cher que le pétrole. Son prix demeure également plus stable et fluctue moins que les carburants traditionnels. Exempté de la taxe d’accise fédérale et de la taxe sur les carburants québécois, ce gaz est incontestablement une alternative plus économique.

Il est aussi facilement accessible via diverses stations de ravitaillement. Afin d’offrir aux utilisateurs un service élargi, le développement et l’implantation de stations de ravitaillement sur le territoire québécois ne cessent de s’accroitre.

Les deux derniers avantages que nous venons de passer en revue permettent de contribuer à la santé et au développement économique de la province.

Construire un meilleur avenir avec le gaz naturel

À la lumière de ces informations, il est évident que le gaz représente une énergie d’avenir, à la fois pour l’environnement et l’économie. Si vous hésitiez à vous y convertir, vous voilà bien informé.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’univers du gaz et ses avantages, parcourez la section blogue de notre site Web. Et pour savoir comment ce combustible peut propulser votre entreprise plus loin, contactez-nous. C’est avec plaisir que nous répondrons à vos questions.