Faire face aux défis des transports avec

le gaz naturel EBI

Le secteur des transports engendre un stress important sur l’environnement, principalement en raison des émissions de gaz à effet de serre des véhicules. L’augmentation du nombre de voitures et camions qui empruntent les routes québécoises contribue aussi au phénomène de réchauffement climatique, tout comme l’allongement des trajets favorisé par l’étalement urbain. C’est en réponse à ces problématiques qu’EBI propose une alternative aux combustibles fossiles, susceptible de révolutionner les transports et de renverser la vapeur.

L’énergie consommée par le transport au Québec

Au prorata de sa population, le Québec est l’un des plus grands consommateurs d’énergie au monde. Évidemment, le climat rigoureux, l’étendue du territoire et les bouchons de circulation en zones urbaines font partie des caractéristiques qui favorisent une grande consommation d’énergie.
Selon les données du Québec en 2013, la proportion de la consommation d’énergie associée au secteur du transport représente 29 % de la consommation totale. De ce chiffre, les trois quarts sont dus au transport routier.
De plus, ce sont près de 75 % de la totalité des produits pétroliers utilisés au Québec qui sont consommés par le secteur des transports, et ce, à des fins énergétiques. Il n’est donc pas étonnant de constater que le secteur des transports est responsable de 43 % des émissions de gaz à effet de serre.

Transition énergétique dans les transports

Ainsi, afin de contribuer à instaurer un vent de changement, le gouvernement du Québec a récemment rendu public son plan d’action 2017-2020 de sa Politique énergétique 2030 qui vise, entre autres, à accroître et diversifier l’offre énergétique pour faciliter la transition du Québec vers des énergies propres et renouvelables. Par le biais de ces 42 mesures, le gouvernement cherche entre autres à réduire de 40 % la quantité de produits pétroliers consommés, notamment en soutenant la transition des transporteurs vers des carburants à faible émission en carbone, tel que le gaz naturel comprimé (GNC). Plus spécifiquement, le Gouvernement du Québec chiffre ses objectifs à 12 000 véhicules au gaz naturel et 30 stations publiques au GNC d’ici 2020..

Comment le gaz naturel peut-il redéfinir les transports ?

Plusieurs caractéristiques du gaz naturel comprimé en font un allié dans la lutte aux changements climatiques. À titre d’exemple, un véhicule qui roule au GNC émettra jusqu’à 25% moins de gaz à effet de serre, sans compter la réduction de polluants atmosphériques et de particules fines qu’une telle motorisation entraîne. La préservation des nappes phréatiques et des plans d’eau est aussi un enjeu qui mérite notre attention. En cas d’un accident causant un déversement de gaz naturel, le sol ne sera pas contaminé, ce qui signifie que contrairement au pétrole, son transport comporte beaucoup moins de risques environnementaux. La pollution sonore aux abords des grands axes routiers diminue sérieusement la qualité de vie des résidents établis près de ceux-ci. Les véhicules roulant au gaz naturel, lorsque comparés aux camions à moteur diésel, sont beaucoup moins bruyants.

Contactez EBI pour changer vos transports

Peu importe si vous êtes un entrepreneur possédant plusieurs véhicules de travail ou propriétaire d’une entreprise de transport, les moyens pour réduire l’impact environnemental de vos déplacements existent. Les solutions qu’offrent EBI s’inscrivent dans une stratégie de lutte aux changements climatiques efficace, réaliste et économique. Voilà pourquoi si l’environnement vous tient à cœur, vous devriez contacter notre équipe, afin d’emboîter le pas le plus rapidement possible.